Actualités

Actu

Retour
Phitrust

[Communiqué de presse] Questions écrites pour l’Assemblée Générale de Vivendi du 20 avril 2020.

14 Avril 2020

Depuis plusieurs années, Phitrust estime que la gouvernance de Vivendi n’est pas satisfaisante et a posé plusieurs questions écrites au Directoire pour l’Assemblée Générale du 20 avril 2020. Elles concernent :

• La structure de gouvernance

> La structure de gouvernance de Vivendi ne répond toujours pas à une demande de séparation des fonctions entre membres du Conseil de surveillance et dirigeants opérationnels(1). Cette organisation est porteuse de potentiels conflits d’intérêts et  préjudiciable aux intérêts des actionnaires, le groupe Bolloré ne détenant que 27% du capital.

• La rémunération et le rôle du Censeur

M. Vincent Bolloré a été nommé en avril 2019 par le Conseil de surveillance, Censeur pour une durée de quatre ans, et Conseiller du Président du Directoire.

> En quoi le rôle de Conseiller du Président du Directoire constitue-t-il un apport supplémentaire à la société par rapport à celui exercé en tant que Censeur si ce n’est de lui permettre de bénéficier d’une rémunération (500 000 euros bruts au titre de la part fixe avec une part variable déterminée selon les mêmes critères de performance que ceux prévus pour les principaux responsables opérationnels de Vivendi SA), supérieure à ce qu’il percevait il y a quelques années en tant que Président et qui n’est pas soumise à l’approbation des actionnaires ?

> Le rôle de Conseiller du Président du Directoire ne constitue-t-il pas un risque d’influencer directement le Président du Directoire à prendre des décisions qui privilégieraient les intérêts de son principal actionnaire, le groupe Bolloré?

> Le Conseil de Surveillance a-t-il autorisé la conclusion de ce contrat de travail ?

• La réduction du capital par OPRA proposée par la 28ème résolution

Phitrust s’oppose de nouveau à cette résolution, qui pourrait autoriser la prise de contrôle de l’actionnaire minoritaire de référence, le groupe Bolloré, sans avoir à lancer d’offre publique.

> Plus fondamentalement, ce projet d’OPRA ne témoigne-il pas d’une part d’une faiblesse de la vision stratégique des dirigeants du groupe, et d’autre part d’une incohérence alors même que les rachats d’actions sont remis en cause par la crise actuelle qui entraînera certainement des impacts sur les capacités financières de Vivendi ?

Phitrust espère que les dirigeants de Vivendi apporteront au cours de l’Assemblée Générale du 20 avril  des réponses précises et détaillées à ces questions, ce qui serait apprécié de l’ensemble des actionnaires et investisseurs institutionnels.

Téléchargez le communiqué

A propos de la Sicav Phitrust Active Investors France

La Sicav Phitrust Active Investors intervient depuis 2003 auprès des grandes entreprises cotées pour qu’elles fassent évoluer leurs pratiques environnementales, sociales et de gouvernance.

(1) M. Yannick Bolloré préside à la fois les destinées de Vivendi en tant que Président du Conseil de surveillance et est PDG d’Havas, détenu intégralement par Vivendi. Deux dirigeants du groupe Bolloré, MM. Gilles Alix et Cédric de Bailliencourt, siègent en tant que membres du Directoire de Vivendi.

Recevoir la newsletter Phitrust

Civilité *: