Actualités

Edito

Retour
Phitrust

[Edito] Des assemblées générales… inégales !

Les événements liés au Coronavirus nous impactent tous très fortement et nous espérons que vous-mêmes et vos familles allez bien.

La saison des assemblées générales est inédite avec des assemblées générales « à huit clos » compte tenu de la crise du COVID. Et la tenue de ces assemblées générales reflète bien malheureusement la manière dont les dirigeants prennent en compte les actionnaires qui les nomment à ces postes de responsabilité :

> Vivendi augmente ses dividendes en pleine crise… et prend une participation chez Lagardère sans que ce soit évoqué la veille lors de l’Assemblée Générale…

> La plupart des entreprises n’ont pas permis aux actionnaires de s’exprimer pendant ces assemblées par Internet car il leur est difficile de les identifier par ce canal (…),

> Certains ont même pré-enregistré les assemblées générales, ce qui montre bien que ce n’était qu’un exercice de style !

> La plupart n’ont pas répondu aux questions écrites et ont renvoyé les actionnaires sur leur site internet… que personne ne consulte !

Heureusement certaines entreprises ont permis à leurs actionnaires de s’exprimer lors de ces assemblées générales virtuelles et notamment Total. En demandant à Boursorama de créer un site dédié pour identifier les questions des actionnaires et à un de leurs journalistes de poser les questions à M. Patrick Pouyanné, Total a innové. Un bon exemple d’une société qui a essayé de tenir compte de la situation actuelle pour structurer une assemblée générale qui ne soit pas qu’une chambre d’enregistrement.

Et cette assemblée générale « virtuelle » de Total a permis aux actionnaires de comprendre la profonde évolution stratégique que le groupe est en train de mener. Après avoir annoncé l’année dernière que Total était une entreprise « d’énergie » et non plus pétrolière, M. Patrick Pouyanné a longuement expliqué pendant sa présentation, et en réponse aux nombreuses questions sur le changement climatique, que Total mettait en œuvre une stratégie pour devenir « multi-énergies » : pétrole, gaz et énergies renouvelables, et ce afin d’être en ligne avec les objectifs de l’Accord de Paris. Il a notamment expliqué qu’il ne s’agissait pas de vendre ses actifs pétroliers mais bien de faire évoluer le mix énergétique pour que cela représente à terme plus que 25% car « on aura toujours besoin de pétrole ».

Ayant dialogué depuis de nombreuses années avec Total sur ces questions (Erika, Toulouse, Sables bitumineux au Canada…), nous nous réjouissons que le dialogue constructif ait enfin porté ses fruits, signe que l’engagement actionnarial peut lui aussi avoir un impact positif.

Olivier de Guerre

Recevoir la newsletter Phitrust

Civilité *: