Actualités

Actu

Retour
Phitrust

[Edito] L’erreur stratégique de la fusion PSA-FIAT CHRYSLER

Depuis quelques semaines Carlos Tavares intervient publiquement pour dénoncer les décisions de la Commission Européenne du « tout électrique » à partir de 2035 estimant que cette décision ne prend pas en compte le coût environnemental lié aux batteries électriques, le surcoût nécessaire pour une autonomie importante, et que cela entraînera une « casse sociale » importante en Europe, insinuant que la Commission en serait responsable.

Cette position relayée par de nombreux médias est le reflet d’une situation complexe dans laquelle il s’est mis lui-même en « poussant » à la fusion de PSA avec Fiat Chrysler afin de devenir le numéro 3 mondial en se basant sur les logiques de croissance apprises chez Renault du temps de Carlos Ghosn. La logique qui prévalait et qu’il a voulu développer chez Stellantis est celle du volume pour réduire les coûts d’approvisionnement et bénéficier d’une force de frappe importante pour investir dans les nouveaux modèles notamment électriques.

Que les investissements pour les batteries électriques soient le fait de consortiums avec d’autres industriels comme Total est un fait avéré, mais la taille de l’entreprise n’est pas un enjeu comme TESLA l’a montré…

Que les investissements pour la digitalisation des voitures connectées soient un enjeu pour les constructeurs est évident, mais le récent accord de STELLANTIS avec Google montre bien que cette technologie ne sera pas développée par les constructeurs mais par Google, Apple et les autres start-ups… pour tous les constructeurs et ce quelles que soient leurs tailles…

Que la question de l’empreinte environnementale des groupes automobiles soit un sujet majeur depuis la COP 26 à Paris, est une réalité, mais depuis le début du projet de fusion, nous nous interrogeons sur ce que vient faire PSA dans la « galère » de Fiat Chrysler, seul constructeur automobile à avoir acheté pour plus d’un milliard de $ de crédits carbone… compte tenu de leur empreinte environnementale, l’une des plus mauvaises parmi les constructeurs automobiles… 

La question sociale est au cœur de la fusion PSA FCA en Europe et les dirigeants de PSA ont toujours éludé le problème avant la fusion, alors que les usines italiennes de FCA sont très modernes, ne tournent pas à pleine capacité et que FCA a bénéficié d’aides de l’Etat italien pour plus de 6 milliards € pendant la crise sanitaire.  PSA n’a demandé aucune aide au gouvernement français…  Il est évident depuis le début qu’il sera nécessaire de fermer des usines et le choix des Pays Bas pour la holding n’est certainement pas « innocent » car les gouvernements français et italiens ont moins de poids sur une entreprise qui n’est pas dans leur propre pays…

Incriminer que la Commission Européenne pourrait être responsable de « la casse sociale » en Europe si elle imposait une interdiction des véhicules thermiques en 2035 est un affront à la réalité, une faute de communication vis-à-vis de la Commission, et une faute vis-à-vis de ses clients :

> Affront à la réalité car les constructeurs comme FCA étaient depuis longtemps très en retard sur des constructeurs comme PSA sur ces questions environnementales. La stratégie de mettre des moteurs PSA dans les véhicules Chrysler était un pari… car ils ne sont pas adaptés aux véhicules américains et un contresens car depuis plusieurs années il est évident que les moteurs thermiques sont appelés à disparaitre à terme…

> Faute de communication vis-à-vis de la Commission Européenne car elle annonce depuis plusieurs années ce qu’elle compte faire et que l’affaire Volkswagen n’a fait qu’accélérer une tendance qui était déjà clairement engagée,

> Faute de communication vis-à-vis des clients car ils ont pour la plupart d’entre eux compris que le diesel et l’essence sont polluants et que plus vite nous passerons à des modes moins émetteurs de CO2, plus vite notre planète ira mieux, ce qui va probablement amener des clients de Stellantis à se tourner vers des constructeurs plus réactifs comme Volkswagen…

L’affaire Volkswagen et la COP 26 à Paris auraient dû faire prendre conscience aux dirigeants, au Conseil d’Administration et aux actionnaires de PSA que le temps de la voiture thermique était révolu et que face au chemin difficile de transition vers l’électrique et l’hydrogène PSA avait plus d’atouts à ne pas fusionner avec FIAT CHRYSLER pour s’adapter à ces nouvelles contraintes environnementales, comme elle avait su le faire précédemment…

La croyance que la seule solution est d’être mondial pour survivre devrait être une question à se poser quand un secteur entier affronte une remise en cause profonde de ses modes de production. TESLA réussit car ses usines ont été conçues pour fabriquer des voitures électriques et non thermiques. Adapter une usine existante pour fabriquer des modèles électriques et demain à l’hydrogène est par construction plus cher et moins efficace qu’une usine neuve. Volkswagen qui passe au tout électrique est le premier constructeur à comprendre la complexité de cet enjeu industriel en accélérant la fin des modèles thermiques… 

Les constructeurs spécialisés avec des positionnements très clairs seront probablement les grands gagnants de demain. La position publique de Carlos Tavares ne serait-elle pas le fait d’un homme réalisant les limites de cette fusion qu’il n’aurait pas dû impulser ? Le groupe STELLANTIS ne risque-t-il pas d’être entraîné vers des difficultés car il ne pourrait pas disposer de la capacité technologique et industrielle de faire pivoter l’ensemble des usines du groupe avant 2035…

Nous n’avions eu de cesse d’alerter avant et pendant la fusion sur l’incohérence de ce choix stratégique au vu des enjeux qu’avaient déjà les constructeurs automobiles. La logique des années 80 a prévalu… et malheureusement les salariés, fournisseurs et actionnaires de STELLANTIS pourraient en payer le prix dans le futur faute de clairvoyance des dirigeants, membres du Conseil d’Administration de PSA et actionnaires… ceux du groupe FCA n’y voyant probablement qu’une chance inespérée d’éviter la faillite ou la vente par appartements qui étaient attendues par bien des observateurs…

Recevoir la newsletter Phitrust

Civilité *: