Actualités

Actu

Retour
Phitrust

[Edito] Les marchés sont-ils devenus fous ?

Alors que la crise liée à la pandémie est toujours là, du moins pour certains secteurs d’activité, et que les craintes d’une grave crise climatique à venir sont chaque jour plus évidentes, l’inflation est de retour et les entreprises font face à des difficultés d’approvisionnement. Et pourtant les marchés financiers américains et européens caracolent sur leurs plus hauts historiques, avec des entreprises « digitales » ou « tech » qui affichent des valorisations jamais atteintes (APPLE près de 3 000 milliards de $, TESLA plus de 1 000 milliards de $). Cette hausse impacte également les valorisations des « start-ups » non cotées (les « licornes » de plus de 1 milliard de $ sont de plus en plus nombreuses…).

Face à ces valorisations, de très nombreuses entreprises sont « à la peine » sur les marchés boursiers, ou même ont fortement baissé (comme ALSTOM) alors que leurs carnets de commandes n’ont jamais été aussi remplis.

Nous sommes en effet dans un contexte rappelant la fin du 19ème siècle : des crises boursières à répétition et des innovations qui transforment les modes de production, voire mettent en faillite des secteurs comme ce fut le cas des voitures à cheval ou des producteurs de froid.

Ces entreprises fortement valorisées sont de plusieurs types :

– des start-up visant un marché mondial mais réalisant des pertes car elles investissent massivement afin de devenir rapidement européennes puis mondiales (ce qu’a fait AMAZON pendant 11 ans…),

– des start-up valorisées à des prix anticipant qu’elles deviendront des leaders mondiaux dans leurs secteurs et donc bénéficiant d’une prime à cette situation. TESLA avec près d’un million de voitures produites en 2021 et une croissance de 50% de ses ventes est exemplaire. L’entreprise a su développer, grâce à sa technologie, un nouveau concept de voitures que des constructeurs existants ont beaucoup de mal à fabriquer à prix de production équivalent. Les usines de TESLA sont pensées pour ce nouveau type de voiture, ce qui n’est pas le cas d’un constructeur historique. Sans compter sur le logiciel « maison » d’agencement des voitures, les chaînes d’approvisionnement sécurisées notamment sur les puces ou le lithium… Une stratégie intégrée pensée dès la création qu’il est très difficile de reproduire à partir d’un existant conçu pour une autre stratégie. 

– des secteurs où la demande pour les produits de marque est soutenue par l’émergence d’une classe moyenne en Chine et dans les pays émergents, avec évidemment le secteur du luxe. Certaines entreprises comme HERMES ont multiplié par 4 leur activité en 10 ans, une croissance jamais enregistrée depuis leur création.

Face à cette situation, les investisseurs institutionnels sont dans une situation inédite où les choix de placement sont difficiles : des taux à zéro et un afflux de liquidités sans précédent issu des politiques monétaires accommodantes. Ils investissent donc un peu en relatif, mais des sommes conséquentes en absolu, dans ces entreprises et ce afin de « préparer l’avenir » …

Nous sommes probablement dans une « bulle » ; les arbres ne montent jamais au ciel et le retour de l’inflation, des crises économiques ou politiques pourraient bien arriver à plus ou moins brève échéance compte tenu des enjeux actuels. Mais qui serait capable de dire ce qu’il adviendra en 2022 ou 2023 ?

L’investisseur avisé ne peut dès lors que s’attacher à :

– soit attendre le krach pour alors investir dans des sociétés avec de fortes perspectives de croissance car bénéficiant d’une clientèle mondiale plus facilement appréhendable grâce aux ventes par Internet (Kering a aujourd’hui 90% de son budget publicité sur les réseaux sociaux…),

– soit investir tous les trimestres la même somme pendant les 10 prochaines années sur les valeurs qui semblent incontournables. Cette méthode, mise en œuvre par la Fondation YALE depuis les années 90 dans le non coté, a eu un succès inespéré et est recommandée depuis des années dans tous les mémoires d’allocation d’actifs… 

Olivier de Guerre

Recevoir la newsletter Phitrust

Civilité *: