Actualités

Edito

Retour
Phitrust

[Edito] Encore une fusion entre égaux ou ego’s ?

Après Renault, Fiat Chrysler Automobiles (FCA) propose une fusion « entre «égaux » au Groupe PSA . Alors même que nous ne connaissons pas tous les détails de l’opération (on parle de fusion à « 50/50 », alors même qu’après les opérations de vente de Faurecia aux actionnaires de Peugeot et de versement de dividendes à ceux de FCA, on est plus proche d’un 60/40) et que toutes les fusions entre égaux sont des échecs !

Les écoles de stratégie dans le monde entier ont appris à leurs élèves que les 2/3 des fusions échouent pour des questions … d’hommes. Notre expérience de 15 ans d’engagement actionnarial en France montre que 100% des fusions entre égaux ont échoué. Alcatel – Lucent, Lafarge-Holcim, Technip-FMC sont des échecs avec, à la clé, un actionnaire qui prend le contrôle de l’entreprise sans faire d’OPA, sans payer de prime aux actionnaires et en faisant croire qu’il y aura une répartition « équilibrée » des pouvoirs au sein de l’entreprise… Sans parler d’Essilor- Luxottica où la fusion entre « égaux » nomme comme Président-Directeur général le principal actionnaire, ancien dirigeant de Luxottica avec 32% des droits de vote (il a donc une minorité de blocage sur toutes les décisions importantes…) ; le dirigeant d’Essilor a été nommé Vice Président, statut qui n’a aucune existence légale en droit commercial français. Avec un accord « bancal » qui se termine en 2021 c’est-à-dire … demain. Autre prise de contrôle sans en payer le prix !

A première vue dans le projet de fusion avec FCA, la famille Agnelli sera le premier actionnaire et deviendra l’actionnaire de référence sans faire d’OPA et sans payer de prime aux actionnaires (tout comme la famille Del Vecchio chez EssilorLuxottica …). Les Peugeot détiendront 6,1 % des parts et les Agnelli 15%. Des questions se posent non seulement sur la plan financier mais aussi quant à l’aspect social qui sera guidé par la nécessité de mettre en œuvre des « synergies ».

Il est vrai que le secteur automobile souffre de maîtriser son avenir, obligé de « pivoter » en quelques années sa stratégie compte tenu :

  • – des contraintes environnementales légales qui vont être de plus en plus coûteuses à mettre en place, et qui demandent de passer très vite à l’électrique, à l’hydrogène ;
  • – de l’évolution nécessaire de plateformes de développement communes pour amortir plus rapidement les coûts ;
  • – de l’évolution des usages de la voiture que ce soit par les systèmes embarqués (aujourd’hui aux mains de Google et probablement demain d’Apple) ou la location partagée plutôt que l’achat…

Fiat Chrysler est, de l’avis de tous, le constructeur européen le plus en retard pour « pivoter » notamment sur la question environnementale. Est-ce que sa position aux USA avec Chrysler vaut réellement sa capacité à « prendre le contrôle » de PSA sans OPA, PSA n’existant pas aux USA ?
Les antichambres des banques d’affaires en sont encore à bâtir des stratégies qui reposent sur des « mécanos financiers », sans tenir compte des intérêts des actionnaires minoritaires. Espérons que les actionnaires sauront enfin dire NON au vu des fusions ratées ces derniers temps !

Olivier de Guerre
Phitrust

Recevoir la newsletter Phitrust

Civilité *: