Actualités

Actu

Retour
Phitrust

La prise de contrôle d’Alstom par Siemens présentée comme un rapprochement « entre égaux »

Sans contester l’intérêt stratégique de l’opération de rapprochement de ces entreprises, cette opération présentée comme un rapprochement « entre égaux » et qui – si elle est approuvée dans ces conditions – sera une prise de contrôle d’Alstom par Siemens, lèse les actionnaires minoritaires d’Alstom d’une juste prime de contrôle et n’est pas satisfaisante sur le plan de la gouvernance.

C’est pourquoi Phitrust :
– a écrit au PDG d’Alstom en lui demandant de revoir les conditions de l’opération,
– pose des questions écrites à l’assemblée générale d’Alstom,
– s’oppose à ce stade aux 13ème et 14ème résolutions demandant d’approuver les étapes et conditions de ce rapprochement.

L’AGM doit permettre de voter les modalités du rapprochement de la division Mobilité de Siemens (matériel ferroviaire roulant et signalisation) avec celles d’Alstom qui depuis la cession à General Electric de ses activités Energie est recentré sur ses activités de Transports. A la fin des différentes étapes du rapprochement initialement présenté comme une opération « entre égaux », Siemens détiendra plus de 50% du capital d’Alstom (52% dans 4 ans). Il s’agit en fait d’une véritable opération de prise de contrôle d’Alstom par Siemens.

La prime proposée aux minoritaires est seulement de 4€ par action (10% environ), niveau très faible par rapport aux primes généralement accordées aux minoritaires en cas de perte de contrôle.

En demandant de voter contre les 13ème et 14ème résolutions proposant d’approuver les modalités de cette opération, Phitrust s’élève donc contre cette prise de contrôle par Siemens et notamment contre le fait qu’elle ne soit pas rémunérée comme telle au détriment des actionnaires minoritaires d’Alstom.

Déséquilibre aussi de cette opération en termes de gouvernance puisque le conseil post-rapprochement sera contrôlé majoritairement par Siemens qui aura désigné 6 administrateurs – dont le Président – sur 11, la désignation des 4 administrateurs indépendants par Alstom nécessitant l’accord préalable de Siemens.

On peut enfin s’interroger sur la valeur des engagements de préservation de l’emploi en France (8 828 personnes) qui auraient été pris par Siemens connaissant notamment l’antécédent de l’opération de cession d’actifs par Alstom à General Electric.

Phitrust espère que le conseil d’Alstom répondra favorablement à ces interrogations et que les conditions de l’opération pourront être revues au bénéfice des actuels actionnaires minoritaires d’Alstom, qui par leur vote devront aussi assumer la responsabilité de cette opération.

Recevoir la newsletter Phitrust

Civilité *:

Je souhaite recevoir les newsletters suivantes *: