Actualités

Actu

Retour
Phitrust

Phitrust intervient lors de l’AG de Sodexo

La réponse donnée par la présidente du conseil Sophie Bellon-Clamens aux trois questions écrites posées par Phitrust a donné lieu à un débat entre la présidente et Denis Branche sur ces sujets.

Le taux de participation à l’assemblée s’élevait à 77,5% ; la famille Bellon via la holding Bellon SA contrôle 40,4% du capital et 55,8% des droits de vote (soit 72% des droits de votes à cette assemblée 2018).

1. Indemnité de non concurrence : sur la 4ème résolution proposant d’accorder une indemnité de non-concurrence de Michel Landel qui a quitté ses fonctions de Directeur Général à 66 ans après 35 ans passés chez Sodexo, Phitrust ne remettait pas en cause le calcul de cette indemnité, mais sa justification et son opportunité. Il est en effet peu probable que M. Landel, qui a décidé de prendre sa retraite et a réaffirmé son choix au cours de l’assemblée, ne soit plus loyal à Sodexo qui l’a employé pendant 35 ans, dont 12 ans au poste de directeur général, et alors même qu’il a été nommé administrateur. Cette résolution a été votée – sans surprise compte tenu de la répartition du capital – à 84,9%.

2.  Convention Holding Bellon S.A – Sodexo : l’assemblée a approuvé à 92,7% des suffrages la 5ème résolution concernant la relation entre la holding Bellon S.A qui détient les titres Sodexo pour le compte de la famille Bellon, la présidente ayant insisté sur l’absence de conflits d’intérêts potentiels entre la holding et le conseil de Sodexo.

3. Say on Pay : avant le vote de la 16ème résolution portant sur la rémunération du nouveau Directeur général, Denis Machuel, la présidente du comité des rémunérations a dévoilé le montant de sa rémunération fixe de 900 000€, alors que celui-ci n’avait pas été donné aux actionnaires préalablement à l’assemblée. Même si la lecture de la loi était différente pour Sodexo et Phitrust, Denis Branche a insisté sur l’importance de fournir l’ensemble des éléments de rémunération en amont des assemblées, ne serait-ce que pour permettre aux investisseurs institutionnels qui votent par correspondance de voter sur des éléments certains et non inconnus comme ce fut le cas cette année. La présidente en a convenu. Cette résolution a obtenu 87% des suffrages, score bas compte tenu de la répartition des droits de vote.

Sans aller jusqu’à porter devant les autorités de marchés le débat de fond sur les interprétations données par le conseil de Sodexo sur ces sujets, il y a un intérêt pour les actionnaires minoritaires à présenter des initiatives publiquement en créant, si nécessaire, un débat avec le conseil d’administration en assemblée générale. Les actionnaires, qu’ils soient particuliers ou institutionnels, peuvent ainsi exercer leurs responsabilités et devoirs fiduciaires.

Recevoir la newsletter Phitrust

Civilité *:

Je souhaite recevoir les newsletters suivantes *: