Équité des actionnaires :
« une action – une voix »

La communauté des investisseurs a depuis longtemps promu le principe de proportionnalité entre le capital et les droits de vote («une action – une voix») et celui de neutralité des dirigeants des sociétés cotées en période d’offre publique. En France, la loi Florange de mars 2014, a renversé ces principes en faisant du droit de vote double, pour les seuls actionnaires inscrits au nominatif pendant deux ans, le régime de droit commun et en autorisant le conseil, en cas d’offre publique, à prendre toute décision pour faire échouer l’offre.

L’argument qui prévaut à l’instauration des droits de vote multiple qui est la fidélisation des actionnaires est infondé car il n’intéresse pas les actionnaires individuels alors que les investisseurs professionnels n’en bénéficient pas pour des raisons techniques. Seul un actionnaire voulant garder le contrôle sans dilution ou prendre le contrôle d’une  société sans en payer le prix souhaite bénéficier de droit de votes multiples.

Actualités

Recevoir la newsletter Phitrust

Civilité *:

Je souhaite recevoir les newsletters suivantes *: